A.P.E.C.S.

Association loi de 1901 dédiée aux requins et aux raies, poissons cartilagineux anciennement nommés « Sélaciens ». Fondée en 1997, elle mène des programmes scientifiques et éducatifs pour mieux connaître et faire connaître ces espèces souvent menacées, dans une optique de conservation.

Trois modes de reproduction

Plutôt que de pondre des milliers d’œufs dans l’eau, à l’instar des poissons osseux, les Elasmobranches ont opté pour une fécondation interne. Les organes sexuels mâles sont les ptérygopodes (correspondant à une modification des nageoires pelviennes), à introduire dans l’organe sexuel femelle : le cloaque. Ce type de fécondation produit un nombre limité d’embryons. Mais les différents modes de développement de ces derniers leurs confèrent une bonne protection.

L’oviparité

capsule d'oeuf de raie brunette, raie douce, roussette et requin dormeur ©C. Spagnol - APECS Après la fécondation, les œufs sont expulsés de la femelle. Enfermés dans une capsule très solide : l’oothèque, elle-même fixée à un support, les embryons se développent à l’intérieur en se nourrissant du sac vitellin. Les capsules sont caractéristiques pour chaque espèce. Apprenez à identifier les capsules des raies les plus communes sur nos côtes grâce au guide CapOeRa. Pour en savoir plus sur ce programme, cliquez ici.

L’ovoviviparité

Ce mode de reproduction concerne la majorité des requins. Après la fécondation, les œufs se développent dans l’utérus de la femelle. Chaque embryon se nourrit de son sac vitellin. Et lorsqu’il n’y a plus à manger, chez certaines espèces, les embryons terminent leur croissance grâce à des substances nutritives secrétées par la mère. Il y en a même qui se nourrissent de leurs congénères au sein de la matrice utérine : on parle d’adelphophagie.

La viviparité

C’est le système le plus évolué. Les embryons sont contenus dans des compartiments utérins individuels et reliés à la mère par un placenta et un cordon ombilical. Ils reçoivent donc l’oxygène et les nutriments par la mère.

Dans les trois cas, les nouveaux-nés sont immédiatement autonomes après l’éclosion ou la parturition, et ressemblent à des adultes en miniature.

A.P.E.C.S. (Association pour l’É}tude et la Conservation des Sélaciens)

13 rue Jean-François Tartu
BP 51151 - 29211 Brest Cedex 1 - France
Tél. : +(33) 2 98 05 40 38 -
Fax. : +(33) 2 98 05 40 38
Email :asso@asso-apecs.org

L’APECS est une association à but non lucratif loi de 1901.